XBRL

XBRL : ce qu’il faut savoir

On parle beaucoup des « technologies libres » et des langages XML et XBRL qu'elles utilisent. Que représentent-ils par opposition à des langages propriétaires ?

XML est un langage ouvert, intégré aujourd’hui à tous les systèmes informatiques. XBRL est une déclinaison de ce langage. Concrètement XML fonctionne avec des schémas et XBRL est la standardisation d’un schéma, spécifique aux données financières. Avec les langages propriétaires, souvent couverts par une licence, chaque application fonctionne avec son propre langage. XBRL est un langage d’échange générique, un standard qui prend en compte toutes les spécificités de l’information financière. Lorsqu’on envoie une information en XBRL, on envoie en même temps la langue qui permet de la lire (le standard) et la grammaire qui permet de la comprendre (la taxonomie).

Quelle est son utilité dans le monde financier ?

Si l’on numérise des données c’est pour pouvoir les transférer d’un ordinateur à l’autre, c’est le principe de la dématérialisation. Pour cela des langages de dématérialisation existent. En France, l’administration fiscale utilise le langage EDI mais il n’a pas été généralisé il est donc, de facto, un langage propriétaire utilisé uniquement par l’administration fiscale. XBRL est beaucoup plus général. Par exemple, les États-Unis ont rendu obligatoires toutes les soumissions d’états financiers à la SEC en XBRL, toutes les sociétés américaines cotées fournissent ainsi leurs états dans ce même standard. N’importe qui peut lire les états financiers de la même manière, la valeur de chaque élément est définie exactement de la même façon pour tout le monde.

Où en sommes-nous en France et dans le monde ?

Aujourd’hui XBRL est la nouvelle technologie. Les pays qui n’avaient rien pour dématérialiser les déclarations fiscales ont adopté XBRL, plus moderne qu’EDI créé, lui, dans les années 1980. En France, la Banque de France a imposé tous les reporting bancaires en XBRL. Idem pour les régulateurs bancaires de pratiquement tous les états européens puisque la décision a été prise par l’autorité bancaire européenne. Dans de nombreux pays c’est le contrôleur de la Bourse qui impose XBRL : États-Unis, Japon, Chine, Inde, Espagne, entre autres. En Europe, l’ESMA (l’autorité européenne de supervision des marchés financiers) a adopté XBRL comme le langage électronique européen standard (ESEF) pour les états financiers consolidés en normes IFRS publiés par les sociétés inscrites sur un marché de valeurs financières à partir des clôtures 2020. Les équivalents du registre du commerce français de presque tous les pays européens ont adopté ce format. Le but est de répondre à la directive européenne qui établit que les données financières doivent être échangeables d’un pays à l’autre. Des problèmes d’harmonisation comptable persistent cependant.

Est-ce bien le moment d'officialiser le format XBRL ?

Oui c’est le moment. Il est dommage qu’aucun organisme français ne l’ait encore fait pour ses reporting. Les logiciels comptables ne sont pas prêts à produire le XBRL, en France en tous cas. Pourtant ce sont les mêmes éditeurs qui fournissent des rapports en XBRL en Angleterre, en Allemagne et ailleurs…mais qui n’offrent pas la fonction ici. Pour autant, la technologie existe et les groupes qui ont de gros besoins d’échanges de données financières peuvent d’ores et déjà s’en servir de manière interne, pour leurs propres besoins. De manière officielle, il faut que l’organisme auquel on va reporter ait adopté XBRL et défini sa taxonomie. XBRL France a préparé une taxonomie Comptes annuels sur la base du Plan comptable général, ce qui permet à tout le monde de reporter des comptes en XBRL, mais à deux conditions : qu’il y ait eu de la formation sur le sujet et que les éditeurs fournissent la fonction reporting XBRL dans leurs applications. Aujourd’hui un seul le fait parce qu’il a été très impliqué dans la déclaration fiscale EDI et a compris tout l’intérêt de XBRL mais sinon les éditeurs ne fournissent pas la fonction faute de demande.

Au quotidien, qu'est-ce que l’émetteur peut attendre de l'usage d'une telle technologie ?

XBRL apporte une technologie presque automatisée. L’émetteur prend ses comptes français, établit une table de passage vers le format requis et produit son reporting. Demain les reporting en XBRL pourront être automatisés. Cela simplifie le travail récurrent du reporting puisqu’il suffit de faire un mapping entre les comptes produits par l’application comptable et le référentiel de reporting à publier. Cette technologie est fiable et vérifiable : XBRL comprend une fonction de calcul permettant de valider les données. Le bouleversement n’est pas seulement technologique. Il est question d’échanges formalisés de données entre tous les acteurs de la chaîne financière : du producteur de données à l’analyste ou l’utilisateur. Du fait qu’on a dématérialisé la donnée, on évite aussi les envois/réceptions de papier, la ressaisie et la transformation des données…tout ce qui prend énormément de temps.

Pierre HAMON - CONSULTANT EXPERT ETXETERA Consultant depuis 2007 dans le langage XBRL, Pierre Hamon est membre du conseil d’administration de l’association XBRL France et participe au groupes de travail de XBRL International. Il a été directeur Conseil chez CARTESIS puis directeur du Product Management. Diplomé d’expertise comptable, il a effectué une partie de sa carrière comme auditeur chez EY. Pierre a toujours porté un intérêt à l’association du métier du reporting de groupes et des développements informatiques.

Sorry, the comment form is closed at this time.

suscipit risus. ipsum Aliquam id ut Aenean non