Stella McCartney, rock & roll et … IFRS 5 Activités en cours de cession

Quel est le rapport entre la fille de Sir Paul McCartney (ex-Beatles), la vie parfois rock & roll des affaires et la norme comptable IFRS 5 (1) obligeant les entreprises à isoler sur des lignes à part de leurs états financiers l’incidence des activités en cours de cession ? C’est à découvrir dans les rapports financiers du groupe Kering en 2018 et 2019.

Les faits : Stella McCartney rachète en 2018 les 50% que possède Kering dans sa société et reprend son autonomie

Le 28 mars 2018, Mademoiselle Stella McCartney et le groupe Kering (ex-PPR) annoncent conjointement avoir conclu un accord sur la cession par Kering et l’acquisition par Mlle Stella McCartney de la participation de 50 % de Kering dans Stella McCartney Ltd. Stella McCartney devient ainsi l’unique propriétaire de sa marque.

Rappelons que Stella, dans la lignée de sa mère Linda McCartney (membre à part entière du groupe Wings formé par Paul McCartney après sa rupture avec les Beatles), très en avance sur son temps en matière de véganisme, a toujours milité pour une mode durable et éthique, respectueuse de l’environnement et des animaux et favorisant le recyclage (2). Pas de cuir, ni de fourrure, ni de plume dans les créations de sa marque lancée en 2001 aux côtés de Gucci.

 

Bien lui en a pris semble-t-il, tant l’affichage de valeurs éthiques et environnementales attirent aujourd’hui les investisseurs et les entreprises, soucieuses de mettre en avant leurs politiques RSE (Responsabilité Sociétale et Environnementale). Juste un an après sa séparation avec le groupe Kering, Stella McCartney rejoint son concurrent direct, la société LVMH. Ainsi, est annoncée officiellement le15 juillet 2019 une prise de participation minoritaire de LVMH dans les activités de Stella McCartney, une fois que celle-ci aura repris le contrôle de ses titres.

Ça, c’était la partie rock & roll et recyclable de notre histoire…

Traduction comptable chez Kering dans les comptes 2018 et 2019 (3)

Vient l’autre partie plus technique de notre billet… concernant le traitement comptable de cette opération, qui intéressera moins les fans des Beatles que les amateurs de normes comptables et autres complexités IFRS.

Avant la séparation, le groupe Kering possédait 50% des actions de l’entreprise Stella McCartney Ltd et la consolidait par intégration globale, se justifiant d’un contrôle défini conformément à IFRS 10 selon trois critères : pouvoir exercé sur l’entité, exposition aux rendements variables de l’entité et capacité d’influer sur les rendements de l’entité, avec un pouvoir excédant le contrôle facial en droits de vote de 50%. Malgré sa détention de 50% des droits de vote, Mlle Stella McCartney était ainsi considérée comme un actionnaire ne détenant pas le contrôle, habituellement qualifié de « minoritaire ».

Après la décision de cession de mars 2018, le groupe Kering a très logiquement appliqué (il n’avait pas le choix) la norme comptable IFRS 5, en attente du transfert effectif des titres. Celui-ci n’étant finalement intervenu qu’à la date du 15 juillet 2019, IFRS 5 a trouvé son application dans les comptes semestriels consolidés 2018 et 2019, ainsi que dans les comptes consolidés 2019 du groupe Kering.

Quel est le traitement conforme à IFRS 5 dans les comptes consolidés de Kering ?

  • le résultat net du sous-ensemble Stella McCartney est présenté sur une ligne distincte au compte de résultat, en Résultat net des activités abandonnées, et détaillé dans une note annexe ; les périodes comparatives ayant elles aussi été retraitées de la même façon conformément à IFRS 5 ;
  • Les flux de trésorerie du sous-ensemble Stella McCartney sont également présentés sur une ligne distincte du tableau des flux de trésorerie, et les périodes comparatives retraitées ;
  • Au bilan, les actifs et passifs du sous-ensemble Stella McCartney sont présentés en clôture sur des lignes séparées de l’état de la situation financière, mais conformément à IFRS 5, sans retraitement de l’ouverture au 01/01/2018.

Quant aux incidences financières précises, il n’est pas possible de les lire directement dans les rapports annuels, les montants liés à cette opération étant cumulés dans la note sur les activités abandonnées avec d’autres opérations de déconsolidation en cours.

Le deuxième semestre 2019 apportera le fin mot de l’histoire (comptable), et enregistrera la plus-value de cession au compte de résultat et la trésorerie encaissée correspondante dans les comptes de Kering.

On s’intéressera également à la méthode de consolidation du nouvel ensemble Stella McCartney chez LVMH… affaire à suivre ?

SOURCES :

  • Norme IFRS 5 « Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées »
  • Lire les engagements de la marque Stella McCartney : https://www.stellamccartney.com/experience/us/sustainability/
  • Rapports financiers semestriels consolidés 2018 et 2019 ; et annuels consolidés 2019 —site internet du groupe Kering

Fondateur du cabinet ATLIANCE , expert technique et formateur en consolidation et normes IFRS, créateur du blog Expert-consolidation François a accompagné des groupes de toutes tailles pour faciliter la mise en place de leur outil de consolidation et de reporting pendant plus de 20 ans au sein de ATLIANCE, puis TUILLET et GRANT THORNTON : diagnostic des besoins, rédaction de cahier des charges et assistance à maîtrise d’ouvrage. Il veille à l’actualité des normes comptables et internationales.

Sorry, the comment form is closed at this time.

Curabitur Praesent Lorem luctus amet, consequat. ut risus leo