Avant de traiter dans un prochain billet des impôts différés liés au frais d’acquisition de titres qui peuvent devenir un « casse-tête », je souhaitais revenir sur le traitement comparé des coûts d’acquisition de titres consolidés, en normes IFRS et en principes français. Faut-il rappeler que les montants

LIRE LA SUITE

Les annexes d'impôt dans le rapport annuel ne sont sans doute pas les plus lues et les plus compréhensibles, mais elles font certainement partie des notes les plus fastidieuses à préparer. Pour mémoire, je rappelle ci-dessous les obligations de publication en matière d'impôt courant et différé, en principes français comme

LIRE LA SUITE

Les habitudes ont la vie dure ! En cas de variation significative de périmètre de consolidation, tout bon professionnel se rappelle en général que des informations pro forma doivent être publiées en annexe. Mais certains continuent à penser que le pro forma concerne les comptes N-1.

LIRE LA SUITE

La réévaluation en juste valeur des titres détenus préalablement à la prise de contrôle passe en résultat selon IFRS 3 Regroupement d’entreprise (révisée en 2008 pour se caler sur le concept de « groupe en tant qu’entité économique »). Alors qu’en normes françaises, cette réévaluation éventuelle est interdite

LIRE LA SUITE

Toujours dans la continuité de nos réflexions sur le groupe en tant "qu'entité économique"  (nos billets précédents), une conséquence pour le moins "contre-intuitive" : les acquisitions de titres de filiales déjà consolidées sont des opérations de financement, et non pas d'investissement. L’AMF, dans sa recommandation récente

LIRE LA SUITE
venenatis Praesent ut elementum Aenean consectetur tristique Lorem ipsum Sed