Humour : un moine invente la partie double

En 1490, Dieu libère les esclaves-érudits-comptables de leur état de péché en confiant à un moine  la lourde tâche d’inventer un modèle comptable cohérent.

Ce moine fraîchement entré dans les ordres, se dénomme  Luca Pacioli.

Les commandements de Dieu étaient les suivants :

  • En comptabilité, rien ne se perdra, rien ne se créera, tout se transformera (Lavoisier a honteusement pompé la formule quelques siècles plus tard),
  • Si tu saisis un débit, alors tu saisiras aussi un crédit,

Luca Pacioli réussit parfaitement sa mission et inventa le modèle dit « de la partie double ».

Il publia en 1490 une œuvre majeure, traité d’arithmétique, de géométrie, et de proportions, et inclut mystérieusement au sein de l’ouvrage un chapitre entier sur la manière de tenir une comptabilité.

L’histoire oublie de dire que, nommé comptable auprès du pape, il découvrit les caisses noires du Vatican. Doté d’un fort esprit d’éthique comme tous les comptables modernes, il dénonça ces pratiques scandaleuses.

Il fut brûlé vif, sur le champ. Normal.

DIEU ENSEIGNE LA PARTIE DOUBLE A LUCA PACIOLI

 

Dieu  :
Si tu saisis un débit, alors tu saisiras aussi un crédit
Luca :
Mais mon Dieu, comment va-t-on faire pour le “black” ?

dessin de black11
Histoire mondiale de la comptabilité. Chapitre II. De la partie double

Dans une prochaine publication, nous reviendrons plus en détail sur le chemin (de croix) parcouru par Lucas pour conceptualiser la partie double.

 

 

 

Fondateur du cabinet ATLIANCE , expert technique et formateur en consolidation et normes IFRS, créateur du blog Expert-consolidation François a accompagné des groupes de toutes tailles pour faciliter la mise en place de leur outil de consolidation et de reporting pendant plus de 20 ans au sein de ATLIANCE, puis TUILLET et GRANT THORNTON : diagnostic des besoins, rédaction de cahier des charges et assistance à maîtrise d’ouvrage. Il veille à l’actualité des normes comptables et internationales.

  • 2 août 2011

    Ah si tout le monde pouvait enseigner la compta et la consolidation avec un brin d’humour ! Bravo.

elit. dapibus consectetur sem, Phasellus nunc id