Humour : DS;K renvoyé de la Mont Olympe SAS pour une affaire d’EBIT

Après l’intermède des élections présidentielles françaises, retour au Mont Olympe en Grèce avec les Dieux. Au moins, là-bas, on n’élit pas Zeus, c’est plus pratique. L’actualité financière nous ramène toujours à la Grèce et à l’Europe. Et il me reste quelques (très) mauvais calembours à vous livrer…

Suite de nos précédents billets :

Guidés par les conseils avisés de DS;K (le fameux Doyen des Satyres; K pour capital), les Dieux se rendirent compte que pour rembourser le mur des dettes, il leur fallait impérativement :

1) relancer la croissance,
2) assurer une meilleure profitabilité de la Mont Olympe SAS.

En clair, améliorer l’EBIT ! Mais au moment où on le désirait le plus, DS;K se dispersait et courtisait… Héra, l’épouse de Zeus lui-même !

DS;K en préparation d’une partie fine avec Héra

 Héra aussi adorait l'ébit

Erreur fatale ! Ce qui devait arriver arriva. Zeus comprit que sa femme Héra le trompait avec DS;K.

Zeus, digne mais très peiné, eut alors cette superbe réplique  :

Scène conjugale au Mont Olympe
 

 

“Que ma femme me trompe, soit ! Mais avec mon comptable, cela me cause un grand débit amoureux !”

Zeus se séparait ainsi de son meilleur conseiller au pire moment de la crise financière. DS;K fut condamné à redescendre sur terre au pied de l’Olympe, parmi les hommes. Parmi les femmes aussi ?

 

© dessin de black12 Histoire Mondiale de la Comptabilité Des origines à la partie simple

Fondateur du cabinet ATLIANCE , expert technique et formateur en consolidation et normes IFRS, créateur du blog Expert-consolidation François a accompagné des groupes de toutes tailles pour faciliter la mise en place de leur outil de consolidation et de reporting pendant plus de 20 ans au sein de ATLIANCE, puis TUILLET et GRANT THORNTON : diagnostic des besoins, rédaction de cahier des charges et assistance à maîtrise d’ouvrage. Il veille à l’actualité des normes comptables et internationales.

Laisser un commentaire

ut dolor. Aenean leo. consequat. non