Directions financières, Business Partner et Data Centric

Accélération de la transformation digitale et impacts sur les Directions Financières :

Au cours des dernières années et dans un mouvement d’accélération favorisé par les évolutions technologiques, les Directions Financières cherchent à mettre la « Data » au cœur de leur transformation digitale. Ce changement a un double objectif clairement affiché :
– donner accès à cette data à un plus grand nombre d’acteurs, en leur redonnant la main pour mieux piloter leur activité,
– accroître le champ et la finesse des informations disponibles, à plus forte valeur ajoutée.

A ce titre, les Directions Financières jouent un rôle essentiel dans la transformation digitale en devenant des « Business Partners » des métiers de l’entreprise, aptes à échanger au-delà de leur périmètre initial.

La transformation digitale agit sur les fonctions finance

Dans un passé récent, les départements Finance, Comptabilité et Systèmes d’Informations (SI) ont été bien souvent impliqués dans la mise en place d’ERP comptables ou décisionnels, avec comme fil conducteur la structuration, la standardisation et l’intégration des données (métiers, processus, data…). Malheureusement, l’information définie dans ces projets et effectivement produite par les ERP ne tient pas toujours ses promesses sur le long terme (fiabilité, intégrité, simplicité…). Les chiffres sont certes disponibles plus vite, mais sont-ils vraiment utiles à la grande diversité des décisionnaires ? Sont-ils compris ? Sont-ils suffisamment fiables ? Ces nouveaux ERP sont-ils flexibles et évolutifs ? On leur reproche souvent un grand manque « d’agilité » selon le terme à la mode.

Aujourd’hui, une nouvelle approche présidée par les données elles-mêmes et non par les « process » qui les traitent est en train de voir le jour. De nouveaux outils agiles et évolutifs permettent de renverser cette logique, en demandant une approche différente aux directions finance et systèmes, en les obligeant à se poser deux questions fondamentales :
– de quelles données « métier » (à savoir plus opérationnelles) les différents responsables de l’entreprise ont-ils vraiment besoin pour piloter leurs activités ?
– quels sont les outils capables de les produire et de les partager ?

Ainsi, dans une démarche « Data Centric », ce nouveau contexte a déjà commencé à pousser les Directions Financières à se comporter en partenaire des métiers de l’entreprise, à l’écoute de ses multiples acteurs. Qu’attend-on désormais des Directions Financières ?
– Qu’elles soient à même de comprendre et de s’approprier la connaissance métier des directions opérationnelles,
– Qu’elles s’attachent à produire un référentiel unique et fiable, validé par tous les intervenants en fonction de leurs besoins. Ceci pour éviter notamment le temps passé par les contrôleurs de gestion pour s’assurer de la conformité des informations.

Vers un monde de données plus pertinentes et des projets plus agiles

En s’appuyant sur de nouveaux modèles digitaux et au-delà des données purement financières, les Directions Financières devraient être capables de produire un nouveau reporting « métier » de qualité, avec des indicateurs plus pertinents, conformes aux besoins des directions opérationnelles et plus adaptés quant à leur nature et leur mode d’exploitation.

Les nouvelles tendances sont déjà à l’œuvre :
• Afin de mieux prendre en compte les besoins des partenaires internes, les modes projet sont plus réactifs, plus agiles, pour coller aux évolutions rapides des métiers (nouveaux produits, nouvelles activités, nouveaux départements),
• En amont, la mise en place de gouvernance de projet appropriée, regroupant l’ensemble des directions opérationnelles, devient cruciale. Cette nouvelle gouvernance se concentre notamment sur la définition optimale des besoins des métiers opérationnels et de la finance…. et fait le tri entre les données indispensables à collecter/produire et celles qui sont inutiles, non conformes, inutilisées dans les faits …
• Les utilisateurs des données de gestion sont placés au cœur de la réflexion dans un configuration « User Centric ».

En respectant ces fondamentaux méthodologiques dans l’expression des besoins, les projets aboutissent à des solutions BI (« Business Intelligence ») plus personnalisées pour chacun des intervenants ; ces derniers ayant contribué à définir leur propre « data storytelling ».

Le DAF, qui dispose désormais d’une richesse accrue de données financières et métier, a pour mission d’assurer une cohérence d’ensemble au niveau de l’entreprise pour produire les analyses pertinentes, en global comme au plus fin des activités. La direction financière se pose comme un partenaire transverse, centré sur la valeur ajoutée opérationnelle de la data dont elle est garante.

Depuis Avril 2018, Ludovic a rejoint Viareport pour développer le pôle Métier en charge de l’expertise financière, normative et IFRS16. Avec près de 20 années d’expérience en Finance et en Consulting (systèmes d’information), il a été auparavant Directeur Administratif et Financier en France (Veolia) et à l’étranger (Groupe privé d’investissement à Dubaï) où il a développé de solides connaissances dans la structuration, l’organisation et l’accompagnement au développement des sociétés.

Sorry, the comment form is closed at this time.

porta. ultricies Curabitur eget elit. mattis mi, massa libero Donec