Optimisations comptables de l’EBIT et de l’EBITDA … est-ce possible ?

Grand merci à tous les participants qui sont venus écouter notre conférence intitulée « Comment la consolidation impacte les indicateurs de performance : application à l’EBIT et l’EBITDA » au Congrès des DAF/ Les Echos le 09/07 – animation par François Lenoir et Mathieu Levieille (Tuillet Corporate).

Nous avons rappelé les « faiblesses intrinsèques » de la normalisation comptable d’indicateurs comme l’EBIT ou l’EBITDA, pourtant très usités :
– Absence de définitions claires,  que ce soit en règles françaises, en IFRS ou en US GAAP,

– Présentation hétérogène, d’un groupe à l’autre ou d’une zone géographique à l’autre,
– Pratiques préjudiciables à la comparabilité de l’information financière,
– Curseur s’arrêtant souvent à l’endroit où la performance de l’entreprise apparaît sous son jour le plus favorable.

Nous avons démontré comment les principes comptables de consolidation impactent fortement ces indicateurs, avec marges de manœuvre importantes résultant d’évaluations en juste valeur (fair value) notamment.

Sept thèmes ont été débattus :

  1. Possibilité de qualification variable d’un EBIT récurrent, appelé « courant ». Recommandation du CNC N°200R-03 sur les comptes IFRS (optionnel),
  2. Considérer la charge de dépréciation du goodwill comme un amortissement (irréversible), et donc l’exclure de l’EBITDA. Ceci est trompeur, notamment la qualification « non cash » de la dépréciation (la réalité = prix des titres historiques payés cash, et/ou annonce de pertes cash à venir),
  3. Introduction d’une présentation pro forma, « ajustée », « non gaap » : l’EBIT et l’EBITDA comme si certaines charges n’existaient pas ! Par exemple, on ne tient pas compte de la consommation d’actifs réévalués en juste valeur au moment des acquisitions en consolidation (neutralisation des impacts des amortissements de PPA – « price purchase allocation », postérieurs à l’acquisition),
  4. Recours à la fair value obligatoire dans les acquisitions par étapes selon la norme IFRS 3 « Regroupement d’entreprise » : en réévaluant la partie des titres antérieurement acquise avant la prise de contrôle. La fair value, par contrepartie du goodwill… magique !
  5. Recours encore à la valeur de marché pour les cessions partielles de titres, avec perte de contrôle : la partie conservée des titres est réévaluée, 100% de la plus-value est ainsi enregistrée en résultat… bonus !
  6. Application de IFRS 5 « Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées »: cession d’une activité déficitaire, dont il est obligatoire d’isoler les pertes au résultat, en dehors des « activités poursuivies ». Conséquence : amélioration mécanique des EBIT et EBITDA récurrents, hors activités en cours de cession,
  7. IFRS 11 « Partenariats » en 2014, mise en équivalence obligatoire des JV (anciennement en intégration proportionnelle) et application de la Recommandation ANC d’avril 2013 : la quote-part de résultat net des mises en équivalences est possible en EBIT, mais doit être présentée sur une ligne spécifique au compte de résultat. On en profite !

Nous avons ainsi souligné l’intérêt d’une excellente maîtrise des normes comptables, mais aussi le danger d’opportunisme.

Nous avons rappelé que la « manipulation cosmétique » d’agrégats fondamentaux comme l’EBIT ou l’EBITDA touche ses limites quand ces mêmes agrégats sont utilisés à l’intérieur des entreprises pour mesurer la performance des activités et motiver le management. Les systèmes d’informations doivent organiser les passerelles entre le monde comptable et celui de la gestion, et le flou des définitions est incompatible avec les systèmes d’information.

Enfin, nous avons montré tout l’intérêt que présentait notre approche combinée chez Tuillet Corporate, en Transaction services et en Consolidation & Reporting  pour « normaliser » ces indicateurs et les fiabiliser.

Pour tout renseignement complémentaire, nous contacter bien sûr !

Laisser un commentaire

Merci de valider en complétant cette opération de calcul mental * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.