Humour : l’Enfer (fiscal) c’est les autres…

Après avoir proposé aux Dieux de changer de nom pour brouiller les pistes des créanciers de la Mont Olympe SAS (Voir : DS;K explique aux Dieux grecs comment effacer leurs dettes ), DS;K fit une nouvelle proposition :

« Dieux grecs, une idée sublime me vient : le paradis, vous y êtes déjà. Ce qu’il vous faut désormais, c’est un paradis… fiscal ! »

Ainsi naissait dès les temps les plus anciens l’idée odieuse des délocalisations fiscales. Mais les Dieux devaient voter la décision à l’unanimité. Un seul vote négatif, et c’était fichu. Le refus vint du Dieu des Ténèbres, Hadès, frère de Zeus et Roi des Morts.

Hadès se leva de son char et hurla cette phrase devenue célèbre  :

 

Au conseil de la Mont Olympe SAS, en l’an 2012 avant JC

 
HADES (furieux): Jamais le Dieu des Enfers n’ira au Paradis, même fiscal !

DS;K, compris qu’il s’était trompé. On ne délocalise pas l’Enfer au Paradis fut-il fiscal, c’est une question d’éthique.

Pourtant, il revint avec une nouvelle idée quelques temps plus tard et tint ce discours, visant particulièrement à convaincre Hadès :

« Dieux, je m’étais trompé. Pour rembourser vos dettes, il ne vous faut pas un paradis fiscal chez vous, mais un ENFER FISCAL chez les autres !  »

Hadès et ses copains applaudirent et votèrent à l’unanimité la résolution ! On décida d’aller taxer les humains au pied de l’Olympe.

Que de sagesse antique, le concept fait encore merveille aujourd’hui…

 

© dessin de black12

Histoire Mondiale de la Comptabilité
Des origines à la partie simple

> Pour en savoir plus consultez nos experts

LEAVE A COMMENT

Merci de valider en complétant cette opération de calcul mental * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.