J’ai traité dans mon précédent billet des impôts sur frais d’acquisitions de titres consolidés en normes IFRS. Voir :  Impôts différés et frais d’acquisitions de titres consolidés  : pour une fois, les IFRS sont plus simples que les principes français.  Je poursuis ce thème comme promis  avec le traitement en

LIRE LA SUITE

Fraîchement nommé aux finances (Voir l’article : Dionysos nommé aux finances du Mont Olympe), le dieu du Vin, de la Comédie et de la Tragédie prit à cœur ses fonctions. Il se donna rapidement deux missions - Investir l’argent des dieux, et, - Refinancer la dette grecque. Sur

LIRE LA SUITE

A la question « doit-on comptabiliser des impôts différés sur les frais d’acquisition de titres consolidés ? » en France, je vois en pratique des réponses et des traitements les plus variés dans les groupes (sans parler des réponses techniques des cabinets d'experts)

LIRE LA SUITE